Consolider la gouvernance des secteurs forestiers

Les forêts du bassin du Congo représentent le deuxième plus grand écosystème forestier tropical au monde après la forêt amazonienne. Étant donné leur importance cruciale sur les plans écologique et socioéconomique, la gestion durable de ces écosystèmes est essentielle si l’on veut qu’ils continuent à fournir les services écologiques qu’ils fournissent actuellement.

Cependant, un excès de pression est mis sur les écosystèmes forestiers centrafricains, gravement menacés par la dégradation et par la déforestation. L’origine de cette pression, qui provoque d’importants dommages environnementaux et sociaux ainsi que d’importantes pertes économiques pour les états, est diverse : le prélèvement illégal pour la production de bois de chauffe et de charbon de bois, le prélèvement illégal d’essences nobles pour alimenter les marchés régionaux et internationaux, l’expansion de l’agriculture vivrière et de plantations industrielles, etc. La principale cause sous-jacente, toutefois, est l’inefficacité de la gouvernance de la ressource, liée à des politiques d’aménagement du territoire mal appliquées, à des régimes fonciers ambigus et au manque de capacités de contrôle de l’état.



Étant donné que le renforcement de la gouvernance des forêts et des institutions au niveau local et national est un préalable è toute autre intervention efficace, diverses mesures ont été adoptées pour consolider la gouvernance des secteurs forestiers avec l’appui de la CE.

En RDC, notamment, plusieurs programmes et projets sont en place pour renforcer la gouvernance des forêts et les institutions qui s’en occupent.

- Plan d’action pour l’Application des réglementations forestières, Gouvernance et Echanges commerciaux (FLEGT)
   
- Projets d’appui institutionnel au Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme et à l’Institut pour la Conservation de la Nature
© 2013 Commission Européenne